Un « changement de régime » se produit dans l’océan Arctique

Publié le 20.07.2020 - Article de Stéphanie Schmidt du 13-07-2020 sur Trust My Science

Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université de Stanford, un changement de régime est en train de se produire dans l’océan Arctique : la croissance du phytoplancton y a augmenté de 57% en seulement deux décennies, améliorant ainsi la capacité de l’océan Arctique à absorber le dioxyde de carbone.

Des scientifiques de l’Université de Stanford ont découvert un changement surprenant dans l’océan Arctique : une prolifération de phytoplancton (soit le plancton végétal, c’est-à-dire l’ensemble des organismes végétaux vivant en suspension dans l’eau). Dans ce cas précis, de minuscules algues (situées à la base d’un réseau trophique) ont considérablement modifié la capacité de l’Arctique à transformer le carbone atmosphérique en matière vivante. Au cours de la dernière décennie, cette augmentation subite a remplacé la fonte de glace de mer en tant que principal moteur des changements d’absorption de dioxyde de carbone par le phytoplancton.

L’auteur principal de l’étude, Kevin Arrigo, professeur à la Stanford’s School of Earth, Energy & Environmental Sciences, a déclaré que l’influence croissante de la biomasse de phytoplancton pourrait représenter un changement de régime important pour l’Arctique, une région qui se réchauffe plus rapidement que partout ailleurs sur Terre.

Cette nouvelle étude se concentre principalement sur la production primaire nette (NPP), une mesure de la vitesse à laquelle les plantes et les algues convertissent la lumière du soleil et le dioxyde de carbone en sucres que d’autres créatures peuvent ensuite manger. « Les taux sont vraiment importants en matière de quantité de nourriture pour le reste de l’écosystème. C’est aussi important parce que c’est l’un des principaux moyens par lesquels le CO2 est extrait de l’atmosphère et dans l’océan », a déclaré Arrigo.

Une condensation du phytoplancton

Arrigo et ses collègues ont constaté que la NPP dans l’Arctique a augmenté de 57% entre 1998 et 2018. Il s’agit d’un bond sans précédent de la productivité pour tout un bassin océanique. Plus surprenante encore est la découverte que, bien que les augmentations des NPP aient été initialement liées au retrait de la glace de mer, cette productivité a continué d’augmenter, même après que la fonte ait ralenti vers 2009. « L’augmentation des NPP au cours de la dernière décennie est due presque exclusivement à une augmentation récente de la biomasse du phytoplancton », a déclaré Arrigo.

Autrement dit, ces algues microscopiques métabolisaient autrefois plus de carbone dans l’Arctique, simplement car elles investissaient plus d’eau libre au cours des saisons de croissance (qui étaient plus longues), en raison des changements climatiques de la couverture de glace. Mais à présent, ces algues sont de plus en plus concentrées. « Dans un volume d’eau donné, plus de phytoplancton a pu croître chaque année », a déclaré l’auteure principale de l’étude, Kate Lewis, qui a travaillé sur la recherche en tant que doctorante au Département des sciences du système terrestre de Stanford. « C’est la première fois que cela est signalé dans l’océan Arctique », a-t-elle ajouté.

Lire la suite sur trustmyscience