Recherches Arctiques

Actualités de la recherche scientifique
ISSN : 2755-3755

Le passage du Nord-Est, prochaine autoroute maritime ? Simulation de l’empreinte carbone sur l’Arctique

Brise-glace à propulsion nucléaire russe, plus grand et plus puissant brise-glace au monde après l’Arktika, escortant le cargo Yamal Irbis en mer de Kara
Publié le 9 septembre 2021 - L'anthropisation et ses impacts
Pour certains, le réchauffement climatique n’a pas que des effets négatifs. Sous son action, la banquise arctique disparaît, ouvrant progressivement des voies de navigation jusque-là inaccessibles. Ainsi, l’ouverture du passage du Nord-Est, qui relie l’Europe à l’Asie via l’océan glacial Arctique, aiguise les appétits des armateurs. Quantifier les émissions de gaz à effet de serre générées par un afflux croissant de navires dans ces eaux est essentiel pour cette région du monde particulièrement soumise au changement global. Des scientifiques chinois ont modélisé les multiples interactions et rétroactions à l’œuvre et proposent des projections des émissions de CO2 dues à ce trafic jusqu’en 2050.

Repenser l’agenda du développement durable de l’Arctique à travers les Objectifs de développement durable de l’ONU

Publié le 18 juin 2021 - Sociétés arctiques et systèmes de connaissance et gouvernance
Le programme des Nations Unies pour 2030 établit des priorités qui concernent l’Arctique dont l’environnement et les systèmes sociaux évoluent rapidement. L’application des Objectifs de développement durable en Arctique ne peut être accomplie qu’à travers un dialogue ouvert et pluraliste entre les acteurs globaux et ceux de l’Arctique, avec l’engagement, le partenariat équitable et la gouvernance des peuples autochtones de l’Arctique.

La diversité génétique de la population des Vikings jusqu’au Groenland

Publié le 12 mars 2021 - Géodynamique et ressources naturelles
Les Vikings véhiculent souvent l’image de pirates sanguinaires avides de richesses qui écumèrent à bord de leurs drakkars les mers et océans de l’Europe du Nord du VIIIe au XIe siècle. Cette représentation peut apparaitre aussi très réductrice car ils furent également des commerçants avisés, ainsi que d’intrépides navigateurs et explorateurs qui colonisèrent l’Islande et le Groenland. Les plus aventureux furent probablement les premiers européens à fouler les rivages de l’Amérique du Nord.

Le Groenland aurait conservé des traces de l’explosion biologique du Cambrien

Publié le 3 novembre 2020 - Ecosystèmes et biodiversité
Le Groenland peut actuellement nous apparaitre comme une destination particulièrement inhospitalière : en effet les conditions climatiques y sont excessivement difficiles et les êtres vivants qui s’y trouvent doivent lutter âprement pour leur survie. Manifestement, ce ne fut pas toujours le cas, des fossiles provenant d’un lointain passé attestent de l’une des plus importantes diversifications biologiques que la Terre ait connue, engendrant les espèces animales que nous connaissons aujourd’hui, après des millions d’années d’évolution.

Changement climatique : le pergélisol de l’Arctique émet désormais en hiver davantage de carbone que les plantes de la région n’en absorbent aux beaux jours !…

Publié le 9 septembre 2020 - Dossiers thématiques
Une étude internationale parue dans la revue Nature Climate Change démontre que les sols de l’Arctique se sont réchauffés au point de libérer plus de carbone en hiver que la végétation environnante n’est capable d’en absorber au cours de la saison estivale. En d’autres termes, cela signifie que le pergélisol des régions boréales, qui renferme bien plus de carbone que n’en contient aujourd’hui l’atmosphère, serait en phase de devenir une source plausiblement considérable de gaz à effet de serre, susceptible d’amplifier de manière sensible, sinon dramatique, le changement global anthropique actuellement en cours.