En Arctique, Vladimir Poutine est prêt pour une guerre vraiment froide

Publié le 10.05.2021 - Article de Philippe Rioux du 04/04/2021 sur le site de La Dépêche

Ce sont des images exceptionnelles qui ont été mises en ligne sur les réseaux sociaux par l’Armée russe cette semaine : le 26 mars, trois sous-marins nucléaires traversaient presque simultanément à 300 mètres l’un de l’autre la glace arctique de la banquise près de la Terre d’Alexandra, qui fait partie de l’archipel russe François-Joseph où l’armée russe a récemment créé une base. La prouesse est d’autant plus remarquable qu’elle a été réalisée, selon les informations publiées par l’Armée russe, dans des conditions météorologiques défavorables, la température moyenne étant de moins 25 degrés. "À l’endroit de l’immersion, la calotte glaciaire s’élevait à 1,5 mètre d’épaisseur et le vent en rafales atteignait 32 mètres par seconde", a déclaré le ministère en charge de cette mission.

Cet exploit a été réalisé dans le cadre d’une vaste mission militaire baptisée Umka-2021 ("Ours polaire", dans la langue sibérienne de Tchouktche), conduite en partenariat avec la Russian Geographical Society.

"Pour la première fois, un plan d’entraînement militaire et de recherche scientifique est mené conjointement" a expliqué l’amiral Nikolai Evmenov, chef de la marine russe, qui a précisé que 43 activités étaient programmées. 35 ont déjà été réalisées dont 10 associaient la Russian Geographical Society.

Survol du pôle par des chasseurs Mig-31 ravitaillés en vol au-dessus de l’Arctique, tir de torpilles sous la glace, déploiement d’une unité de la nouvelle brigade motorisée de l’Arctique… L’exercice militaire a clairement été une démonstration de force. Vladimir Poutine a vanté la réussite des exercices et ordonné de "poursuivre les expéditions arctiques pour étudier et développer sa présence dans le Grand Nord dans le but d’assurer la sécurité militaire de la Russie".

Derrière l’aspect militaire se trouvent des enjeux économiques et stratégiques colossaux rendus possibles par le réchauffement climatique. La fonte de la banquise due à la hausse des températures dégage, en effet, une nouvelle route maritime au Nord. Une route qui pourrait constituer pour le transport maritime international une sérieuse alternative aux deux routes existantes entre l’Asie (Shanghai, Singapour) et l’Europe (Rotterdam)...

Lire la suite sur le site de La Dépêche