"Notre patrie brûle" : en Sibérie, des bénévoles au front des feux de forêts

Publié le 02.08.2021 - Article d'Evan Gershkovich (AFP) du 30/07/2021 sur TV5Monde

Le père et le fils se tiennent côte à côte, la forêt sibérienne brûlant tout autour d’eux : l’aîné avec une pelle à la main, le plus jeune avec une bouteille en plastique remplie d’essence.

Pendant que le fils verse l’essence au sol, regardant les flammes monter et noircir les troncs des bouleaux, son père envoie de la terre sur les braises qui jaillissent de l’autre côté d’une tranchée creusée pour un "brûlage dirigé".

Cet après-midi de juillet en Iakoutie, immense région de Sibérie grande comme cinq fois la France mais peuplée de moins d’un million d’habitants, Ivan Fiodorov et son fils Piotr aident les pompiers à empêcher un énième incendie d’atteindre leurs terres.

Les grands feux de forêt sont un phénomène habituel de Sibérie mais depuis trois ans, les flammes frappent avec une violence inouïe la Iakoutie.

Face aux difficultés rencontrées par les pompiers, des centaines de bénévoles participent aux efforts pour combattre ces incendies, liés selon des experts au changement climatique.

Un premier feu s’était approché des terres agricoles environnant son village de Bias-Kiouïol en juin, explique Ivan Fiodorov, 65 ans. Ils avaient réussi à le repousser mais un deuxième incendie est survenu, puis un troisième.

"À ce moment-là, nous n’avions pas de force. C’est bien qu’ils soient venus", soupire-t-il en parlant de la dizaine de pompiers travaillant à proximité.

"Que faire d’autre ?"

Regrettant l’inaction du gouvernement, M. Fiodorov explique que lui et les siens ont pris le combat en main. Son fils Piotr, 42 ans, l’a aidé 17 jours d’affilée.

Ses trois autres fils et sa fille ont fait quatre heures de voiture début juillet depuis la capitale régionale, Iakoutsk, pour faire leur part. "Nous n’avons pas encore pu couper notre foin parce que étions occupés à combattre les incendies", assure-t-il.

Quand à savoir ce qu’il ferait si les feux continuaient à s’intensifier dans les années à venir, il n’hésite pas : "Je combattrai les incendies, qu’est-ce que je peux faire d’autre ?"

"J’ai vécu toute ma vie dans la taïga. Je suis dépendant de la nature", ajoute l’homme : "Nous devons la protéger". La taïga n’est pas la seule touchée.

En juillet, Iakoutsk a été recouverte plusieurs jours d’un smog considéré par des observateurs comme l’un des pires épisodes de pollution atmosphérique enregistrés dans le monde...

Lire la suite sur TV5Monde

Voir aussi l’article du 30/07/2021 paru sur Libération (avec AFP), l’article du 29/07/2021 paru sur L’Obs, ainsi que la vidéo sur MSN (d’après AFP)