Programme national de recherche en Arctique : renforcement des capacités de recherche et de l’influence japonaise dans la région

Publié le 30.04.2021 - Article d'Hélène Le Brun du 26/04/2021 sur France Diplomatie (Service pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France au Japon)

Face au bilan académique et politique largement positif de la 1ère phase du programme de recherche Arctic Challenge for Sustainability (2015-2020), le ministère chargé de la recherche a reconduit pour 5 ans ce programme phare, en cohérence avec la volonté japonaise de renforcer sa présence scientifique en Arctique

Que ce soit sur le plan environnemental, économique ou sécuritaire, la région arctique concentre de nombreux enjeux internationaux, notamment au regard de l’ouverture progressive des routes maritimes nordiques et de l’accès à des ressources naturelles jusqu’alors peu ou pas exploitées. Véritable laboratoire à ciel ouvert, la région est également d‘un intérêt scientifique majeur pour l’étude des changements climatiques et environnementaux auxquels elle est soumise.

Historiquement consacrée à l’Antarctique, la recherche polaire japonaise se réoriente progressivement vers la zone arctique au début des années 2010. Le premier grand programme de recherche national GRENE-Arctic Climate Change Research Project, financé entre 2011 et 2016 par le ministère chargé de la recherche (MEXT, ministry for education, culture, sports, science and technology) a permis de renforcer et structurer les travaux de recherche et la communauté scientifique japonaise en Arctique jusqu’alors très dispersés. Au GRENE-Arctic succède pour 5 ans le programme Arctic Challenge for Sustainability (ArCS).

1. Arctic Challenge for Sustainability ArCS (2015-2020)

Désigné programme prioritaire par le MEXT (national flagship project), il était piloté par les trois institutions de recherche japonaises majeures travaillant sur l’Arctique - le National Institute for Polar Research (NIPR), la Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology (JAMSTEC) et l’université d’Hokkaido.

Ce programme a largement participé au développement de la recherche japonaise en Arctique et à la dissémination des résultats scientifiques auprès de décideurs politiques, du secteur privé, des populations autochtones ou encore de la société civile, à l’échelle nationale comme internationale. Les thématiques de recherche portaient principalement sur l’observation et la prédiction des changements climatiques et environnementaux en Arctique et de leurs impacts sur les sociétés humaines. L’ArCS a considérablement renforcé la présence et la légitimé japonaise au sein d’instances internationales scientifiques et de gouvernance.

Un bilan très positif en est tiré, non seulement par les chercheurs chargés de sa coordination mais également par l’International Advisory Board (IAB) constitué de cinq chercheurs internationaux éminents en matière de recherche arctique. Ces derniers soulignent la contribution significative de l’ArCS à la compréhension des systèmes arctiques complexes, notamment par ses travaux d’observation...

Lire la suite sur le site France Diplomatie